Comment se faciliter les travaux de jardinage ?

Comment se faciliter les travaux de jardinage ?
Note cette réponse

Comme il est agréable de profiter d’un jardin lorsque les beaux jours arrivent pour se prélasser au soleil ou recevoir des amis autour d’un barbecue, d’écouter le son mélodieux des oiseaux, de sentir les parfums subtils ou odorants des plantes en fleur. Mais voilà avoir un espace verdoyant, c’est du travail. Il faut préparer les semis, faire les plantations, lutter contre les maladies, tailler, biner, arroser, désherber, fertiliser ou encore récolter. Effectivement, là où le bât blesse dans cette belle image d’Épinal, c’est qu’avoir un espace où il fait bon vivre demande de mener à bien de nombreuses tâches. Dès lors, comment gérer cet extérieur sans que cela soit une corvée ? Focus sur trois astuces phares pour que le jardinage devienne un plaisir et que les travaux soient réduits au strict nécessaire.

Astuce n°1 : investir dans l’équipement adéquat

Il existe de nombreux outils de jardinage. Il est bien évident qu’il ne s’agit pas de transformer son jardin en quincaillerie, loin de là. Il suffit tout simplement d’avoir les outils de base, des outils fonctionnels multitâches.

Pour cela, il convient de se munir dans un premier temps d’une bêche ou d’une fourche bêche selon ses préférences pour retourner la terre et la déplacer. Une grelinette, complétera cet outil pour soulever tout en aérant le sol et ce, sans perturber la faune du sol essentielle à la vie du jardin. Un râteau qui est là encore un outil multifonction. Il permet de niveler le sol mais aussi de nettoyer de tous les débris végétaux en faisant un tas.

Côté outils à mains, le baba est la binette. Pour désherber, pour sectionner au collet les mauvaises herbes ou encore pour creuser des sillons, c’est le must have de tout jardinier. Ensuite, vient le sécateur. Véritable outil de tous les instants pour tailler, couper, nettoyer les petits et moyens végétaux. Et pour transporter de nombreuses choses, la brouette et le seau de maçon sont incontournables.

En complément de ces outils de base, toute une kyrielle de petits instruments faciliteront le travail dans les massifs ou jardinières du jardin d’agrément : griffe, gants de jardinage, ébrancheur, tuyau d’arrosage notamment sans oublier du cordage. 

Autant d’outils et d’outils de jardin à main qui permettent l’air de rien de faciliter le travail, de gagner du temps tout en minimisant l’effort à faire.

Astuce n°2 : réduire l’arrosage et par voie de conséquences bien d’autres tâches

Dans un jardin, les plantes sont gourmandes en eau d’autant plus en été où les températures grimpent vite. Pour éviter de devoir arroser matin et soir et ce, de manière abondante mieux vaut tout simplement éviter l’évaporation du sol.

Dans un premier temps, il convient de se munir d’une binette, d’une griffe ou d’une houe pour casser la surface du sol. Un sol moins compact, moins lisse, moins plat sera plus résistant aux effets du soleil. En parallèle, en cas de pluie, l’eau ne ruissellera pas et pénétrera en profondeur.

En parallèle, il est intéressant de pailler pour maintenir l’humidité du sol et réduire les apports en eau. Outre le fait que cela limite le nombre d’arrosages, évite le phénomène de battance, améliore la croissance et la santé des plantes tout en luttant contre les mauvaises herbes. Au potager, au verger, au pied des jeunes haies, des arbres, des arbustes, dans les massifs en passant par les pots et jardinières, le paillage est bénéfique dans TOUT le jardin. De nombreux matériaux peuvent être utilisé en paillage. Les paillis organiques – écorces de pin, copeaux de bois, tonte de gazon, feuilles mortes, pailles de céréales notamment – sont biodégradables et permettent ainsi de fertiliser et d’améliorer la structure du sol.

Astuce n°3 : faciliter la lutte biologique

Pour éviter le recours aux produits phytosanitaires, rien ne vaut la lutte biologique. De nombreux insectes dits auxiliaires permettent de lutter sans mal contre les nuisibles du jardin. Pour autant, qu’ils aient au sein du jardin un abri. Pour cela, il est opportun de créer des espaces de biodiversité – appelés corridors biologiques – mais aussi d’installer un hôtel à insectes

Réponses relatives